Scripta Conseil est Membre du Bureau de la Société de Graphologie d'Aquitaine (SGA)

ETUDES GRAPHOLOGIQUES PROFESSIONNELLES > > >

ETUDES GRAPHOLOGIQUES PERSONNELLES > > >

FORMATION EN GRAPHOLOGIE  > > >

TEST DE PERSONNALITE MBTI > > >

TARIFS > > >

CE QU'ILS EN ONT DIT  > > >

Besoin d'une analyse ou d'un bilan dans une démarche de recrutement, recherche de partenariat, orientation ...?

  Contactez-nous

Graphologie : l'étude du geste graphique

 

Définition

La graphologie a pour objet l’écriture, soit la trace écrite, expression forte de l’individualité
C’est une technique d’observation et d’interprétation de l’écriture qui a pour objet de comprendre, de décrire et d’expliquer la personnalité d’un scripteur et d’apprécier sa capacité à s’intégrer et à s’adapter dans un environnement social et professionnel
Elle permet de d onner un éclairage sur le fonctionnement psychique d’un sujet.
L’écriture est le reflet de la personnalité qui se développe et qui évolue tout au long de la vie. Elle enregistre les expériences et les transformations qu’elles ont opérées dans le caractère.
Nous pensons apprécier la capacité d'un individu à s’intégrer dans un environnement social et professionnel, c’est pour cela que nous intervenons dans des recrutements, mais pas seulement.

L’enfant et l’acte d’écrire

Le tout petit est très content de faire des gribouillis sur un papier, ou sur un mur !
C’est la force pulsionnelle qui s’exprime. Elle dépasse largement du cadre de la feuille. Seul, le plaisir de toucher, d’enfoncer, d’appuyer, et puis de laisser une trace s’exprime. Petit à petit les limites de la feuille apparaissent, le rond apparaît, puis le « bonhomme têtard », première figuration de lui-même s’impose. Réalité et fantasme sont mêlés, les questionnements de l’adulte vont l’aider à mettre du sens derrière son dessin. Alors l’acte d’écrire devient un don, lié à la réponse de l’autre. Les formes s’affirment, se diversifient, l’espace est intégré. L’enfant se confronte à des limites, aux règles, à la réalité extérieure.
L’apprentissage de l’écriture, est un acte moteur d’une grande finesse. Il va prendre du temps, il va aider l’enfant à grandir, à se socialiser, à quitter ses rêves et à accepter la réalité tout en ayant la possibilité de continuer à créer.
C’est un effort, une discipline, mais aussi le plaisir de produire des formes qui peut être partagé par tout le monde, et que lui aussi peut désormais comprendre.
L’enfant devra atteindre ce que l’on appelle le stade calligraphique, c’est à dire écrire aussi bien « que la maitresse au tableau », maitriser les formes, le geste, la liaison entre les lettres, l’organisation de la page, la tenue de la ligne, la propreté et la lisibilité de son écriture. C’est en fait très compliqué, mais c’est un passage obligé qui dure jusqu’à peu prés 10 ans, signe positif pour l’enfant d’une bonne adaptation.
Vers 12 ans, l’écriture se personnalise, bouge, se bouscule, est bousculée par toute la période adolescente, avant le choix d’une écriture d’adulte, plus stabilisée

Le geste graphique

La graphologie repose sur le fait que l’écriture entraine des mouvements spontanés révélateurs de soi au même titre que tout geste 
Née d’un mouvement déterminé de la main, l’écriture résulte d’une impulsion émise par le cerveau, centre moteur de l’organisme qui conditionne l’exercice des facultés mentales les émotions et les sensations. Il enregistre les besoins, tendances désirs et passions. Le mouvement responsable de la trace d’encre correspond donc à un mouvement du cerveau  et traduit à la fois la pensée, les remous intimes et la vie psychique. L’interprétation de ce mouvement est la clé de ce domaine secret qu’est la personnalité humaine et révèle tout ce qui la constitue : le tempérament, le caractère, les aptitudes, les aspirations.

Chacun modèle à sa façon les formes apprises à l’école. Il n’y a pas deux écritures identiques, parce que chaque être est unique.
Reconnaitre le mouvement d’une écriture, ressentir physiquement ce mouvement remonter à sa source pour comprendre la tendance psychique qui en est responsable, et l’expérimenter en langage clair, tel est l’art du graphologue.
Les neurosciences se sont également penchées sur les apports de la graphologie, car l’acte d’écrire est la résultante d’un mécanisme très complexe prenant sa source dans diverses zones du cerveau (mémoire, vision, coordination motrice) et faisant intervenir des millions de neurones en connexion réciproque. (Georges Serratrice et Michel Habib in "L’écriture et le cerveau")

On sait que l’opération de l’écriture se décompose en deux grandes phases :
1.    La phase de programmation et de conception, au cours de laquelle se réalise la catégorisation des lettres, des mots
2.    La phase instrumentale de la réalisation du geste. La zone du cerveau qui a donné l’ordre d’écrire se renseigne, à l’image d’une tour de contrôle, sur la force qu’il faut donner à la pression, la direction à prendre, et la vitesse d’exécution.
Cependant, toute la sphère de l’affectivité et des motivations correspondant au cerveau limbique, interfère et influence sur le déroulement de l’écriture.
C’est pourquoi les aspects intimes du psychisme humain peuvent se projeter dans celle ci
C’est une réalisation individuelle, originale, et hautement différenciée

 

 


Graphologie-bordeaux.fr | Scripta 2011 | Graphologue à Bordeaux France